HISTORIQUE DES PROGRAMMES

 

2003 : Conjugalité et parentalité : quel paradoxe ?

De manière habituelle, le désir d'enfant vient précisément s'inscrire dans la trajectoire d'un couple qui envisage la venue d'un enfant comme une scansion particulièrement forte de sa vie amoureuse : une concrétisation qui viendrait encore plus solidifier son union. La grossesse vient ainsi transformer l'épouse ou la compagne, en future mère et le compagnon ou mari en futur père. Ce changement est loin d'être anodin même s'il se déroule en général de manière silencieuse et normale...
Dès lors les relations au sein du couple changent. La grossesse induit les modifications corporelles et les transformations psychologiques que l'on sait surtout si des épisodes gynécologiques viennent contrarier le bon déroulement de la fécondation et de la grossesse. Il faut à cet égard faire une mention particulière à la place de la sexualité à l'occasion des procréations médicalement assistées....
Par ailleurs une fois la grossesse entamée, le regard favorable porté généralement par la future mère sur son corps, réceptacle de cet enfant à venir l'aide à mieux accepter cette prise de poids et les conséquences qui y sont liées.
La sexualité quant à elle se modifie aussi. Certaines femmes connaissent une recrudescence de leur libido, tandis que d'autres éprouvent l'inverse.
Par ailleurs certains couples peuvent se montrer soucieux de l'impact de leur vie sexuelle sur le fœtus avec la crainte souvent forte, de lui porter atteinte....
L'accouchement est quant à lui déterminant. Le sexe de la femme subit à l'occasion du travail, des contraintes très importantes. Certains futurs pères, volontaires, souvent hardis ou parfois simplement invités à assister à l'accouchement, s'en montrent alors très affectés. Ils sont en effet saisis par une violente bascule du corps de la femme vers un corps de mère.
Celle-ci peut par ailleurs subir à l'occasion de cette mise au monde, des épreuves obstétricales importantes sinon sévères, comme les extractions instrumentales ou l'épisiotomie dont on sait qu'elles peuvent ne pas être dénuées de conséquence sur la vie sexuelle ultérieure.
Les suites de couche constituent, elles aussi des moments tout à fait déterminants. En effet, comment cette mère va concevoir la reprise de sa vie sexuelle. Comment vont pouvoir être exercées de concert sa fonction maternelle avec la disponibilité psychique que cela implique, et sa vie amoureuse ? Est-elle prête pour cela ? Ou bien ne préfère-t-elle pas pour un temps au moins, renoncer à sa vie sexuelle pour centrer la quasi-entièreté de sa disponibilité autour de son bébé dont elle dit souvent qu'il lui apporte plaisir, bonheur et satisfaction jusqu'à la combler !
Le père peut parfois être dans la même disposition vis-à-vis de l'enfant mais il n'occupe forcément pas la même place et il n'a pas non plus la même aptitude à être comblé.
L'enfant peut-il être alors celui qui va réunir le couple, la mère comme le père, s'offrant à nouveau l'un à l'autre, comme pour se féliciter du don que constitue ce nouveau-né ? Ou bien alors, est-il celui qui par sa venue au monde vient contrarier le bon fonctionnement de ce couple, la mère ayant du mal à redevenir l'amante et la femme de cet homme qu'elle ne reconnaît pas toujours comme partenaire et réciproquement. Ceci en fonction de l'impact qu'ont pu avoir les remaniements physiologiques, physiques et psychologiques sur la dynamique du couple et son histoire.
Cette première naissance et son déroulement, constituent donc une étape importante pour la ou les futures grossesses qui vont dès lors intervenir dans des contextes forcément différents. Ne pourrait-on pas dire alors, que les conditions gynécologiques et obstétricales de la première grossesse risquent de déterminer de façon précise le désir ultérieur d'enfant ainsi que les conditions de la seconde grossesse ? Ceci d'autant que le premier enfant arrive au sein d'un couple tandis que le second intervient lui au sein d'une famille avec les éléments psychologiques nouveaux et originaux que cela comporte...

 

 

Nom   Sujet

Yvonne KNIBIEHLER

« Grossesse et sexualité : regards sur le passé »

Jean-Pierre VISIER

« L'accès à la parentalité, une mise à l'épreuve du narcissisme »

Muriel FLISETREVES et Sophie GELMANN

« Sexualité et aide médicale à la procréation »

Claude Emile TOURNE

« Un corps pour trois »

Thi My-Phuong VO

«...D'amour et d'enfant, d'enfant et d'amour »

Jean-louis OLIVE

« Conjugalité et parentalité, famille et communauté, le dedans et le dehors du monde gitan : approche discrète d'un anthropologue au seuil de l'altérité »

Laurence CASSE

« La rééducation périnéale : réappropriation par la femme de son corps »

Christian TOURNIER

« Réflexion sur la" crise" du postpartum»

Alain BENOIT

« Mes parents sont occupés... enfin je vais pouvoir dormir »

Drina CANDILIS

« Bisexualité psychique et défaillance parentale »